نرحب بالكتاب الراغبين في الانضمام إلى الأنطولوجيا

التسجيل

ديوان الغائبين : - فلوربيلا إسبانكا Florbela Espanca - البرتغال - 1894 - 1930

  1. شاعرة برتغالية مولودة عام 1894، انتحرت برمي نفسها تحت عجلات قطار (في يوم اثنين) في السادسة والثلاثين من عمرها.

    Malgré ces débuts difficiles, Florbela Espanca sera tout de même élevée au sein de la famille de sont père; figure souvent absente, Florbela Espanca ressentira toujours ceci comme une grande souffrance.

    Elle fera son entrée au lycée de Evora; très belle, elle sera très courtisée. Cette époque verra également la publication de ses premiers poèmes dans divers journaux de l'époque.

    A 19 ans elle épousera un de ses condisciples, Alberto Moutinho, mais la relation se dégradera très vite; la sensibilité romantique de Florbela Espanca ne fera que croître, alors que son mari s'endormait en l'écoutant réciter ses poésies.

    Rapidement Florbela Espanca prendra la décision de s'installer à Lisbonne pour poursuivre des études de Droit, à une époque où au Portugal la place de la femme n'autorisait de tels comportements.

    A Lisbonne elle fera la connaissance d'Antonio Guimaraes, militaire, qui la séduira sans difficulté.

    Très amoureuse, elle divorcera rapidement de Alberto Moutinho, et après une brève période de vie commune, épousera en deuxièmes noces Antonio Guimaraes.

    De formation militaire, macho et d'une grande inculture, Alberto Moutinho ne correspond pas aux aspirations de Florbela Espanca et le couple rapidement se brisera. Florbela Espanca est même victime de sévices et coups de la part de son mari. Le divorce ne tardera pas à être prononcé.

    1919 verra la première édition d'un ouvrage de Florbela Espanca : "Livro de Magoas" (Livre de Douleurs) qui sera suivi en 1923 d'un deuxième ouvrage "Livro de Soror Saudade" (Livre de Soeur Saudade).

    Finalement, Florbela Espanca fera la connaissance d'un médecin de grande culture Mario Lage, qui l'épousera en troisièmes noces et cette fois ci devant l'Église.

    Peu de temps après une énorme tragédie guette Florbela Espanca. Son frère Apeles, de qui elle était très proche se suicidera le 6 juillet 1927 en s'écrasant volontairement avec son avion.

    Florbela Espanca était très proche de son frère, certains critiques allant jusqu'à soupçonner une relation incestueuse. Certes certains poèmes de Florbela Espanca dédiés à la mémoire de son frère sont d'une écriture très libre, mais il ne s'agit que de l'emphase de la poétesse a toujours utilisé dans son oeuvre.

    Cette tragédie troublera profondément Florbela Espanca et provoquera le début d'une profonde déprime.

    Peu de temps après elle apprendra que l'insistance de son mari Mario Lage à l'épouser religieusement n'était en fait qu'un stratagème pour cacher une liaison homosexuelle qu'il avait depuis de nombreuses années avec l'un de ses protégés.

    Désespérée, Florbela Espanca cherchera encore la passion auprès du pianiste Luis Maria Cabral, mais uniquement pour découvrir rapidement ses penchants égalemnet homosexuels.

    Provinciale, son entourage comprenait peu à son oeuvre qui resta en dehors de l'évolution littéraire de son temps. Le fait d'être une femme l'empêcha de participer aux cercles littéraires qui fréquentaient à l'époque tous les autres grands écrivains portugais; il ne faut pas oublier que Florbela Espanca est contemporaine de Fernando Pessoa.

    Florbela Espanca a souffert souvent de calomnies et de rejet témoignés par la société petite bourgeoise dans laquelle elle évoluait et sera accusé d'être une séductrice démoniaques. Le fait qu'elle ne portait pas de soutien gorge et fumait, ainsi que certaines de ses oeuvres à connotation sexuelle y sont pour beaucoup.

    Sa poésie, qui malgré une forme toujours classique, prendra tout de même une tour de plus en plus amer et révolté et se caractérise également par un fort engagement personnel où la passion conduit tout. L'utilisation de la première personne deviendra de plus en plus fréquente.

    A cause de sa condition de femme, et à son grand regret, Florbela Espanca publiera peu de son vivant

    Dans la nuit du 8 décembre 1930, le jour de ses 36 ans, Florbela après avoir écrit un de ses plus beaux sonnets "La Mort" se suicidera par l'absorption de barbituriques ...

    Je ...

    Je suis celle qui va par le monde égarée
    Je suis celle dont la vie n'a pas de nord
    Je suis la soeur du Rêve, de ce sort
    Je suis la crucifiée, ... la douloureuse ...

    Ombre de brume légère et dissipée,
    Et que le destin amer, triste et fort
    Pousse brutalement vers la mort !
    Âme en deuil toujours incomprise.

    Je suis celle qui passe et personne ne voit ...
    Je suis celle que l'on dit triste sans l'être ...
    Je suis celle qui pleure sans savoir pourquoi ...

    Je suis peut être la vision que Quelqu'un a rêvé
    Quelqu'un qui est venu au monde pour me voir
    Et qui jamais dans la vie ne m'a rencontré


    ***

    Ma Douleur

    Ma douleur est un couvent idéal
    Plein de cloîtres, ombres, arcades
    Où la pierre en convulsions sombres
    A les lignes d'un raffinement scultural

    Les cloches ont les glas de l'agonie
    En gémissant, émues, leur mal
    Et tous ont un son d'enterrement
    En battant les heures, dans le couleur des jours

    Ma douleur est un couvent. Il y a des lys
    Du violet macéré des martyres
    Si beaux comme jamais personne ne les a vus

    Dans ce triste couvent où j'habite
    Nuit et jour je prie et crie et pleure !
    Et personne ne m'entend ... personne ne me voit ...personne ...

    ***


    Ce livre ...

    Voici un livre de blessures. Infortunés
    Qui passez dans le monde, pleurez en le lisant !
    Seule votre douleur d’Ames torturées
    Peut, peut-être, l’éprouver, ... et le comprendre ...

    Ce livre vous est destiné. Bienheureux
    Ceux qui l’aimeront, sans être ni bon ni beau !
    Bible des tristes... Ô Malheureux,
    Que votre immense peine en le voyant s’apaise !

    Livre de Blessures... Douleurs... Angoisses !
    Livre d’Ombres... Brouillards ... et Saudades !
    Il va de par le monde... (En mon sein je l’ai porté...)
    Frères de Peine, aux yeux noyés de larmes,
    Pleurez avec moi ma douleur immense,
    En lisant mon livre qui n’est que blessures !...»

    ***

    RÊVES …
    J’ai rêvé que j’étais ton amante chérie
    Ton amante heureuse et jalousée
    J’ai rêvé que j’avais une maisonnette blanche
    Bâtie au bord d’un ruisseau

    Tu venais me voir, mystérieusement
    À des heures mortes quand la terre se fait moine
    Qui prie. Je sentais, follement,
    Battre mon cœur quand au loin

    J’entendais tes pas. Et avide,
    J’étais dans tes bras en un instant
    Fixant tes yeux avec amour !

    Et vois-tu, mon merveilleux, mon doux chagrin :
    Je me suis réveillée les yeux pleins d’eau
    En entendant ta voix en un long adieu

    ====

    عذاب

    أن أقتلع من صدري العاطفة
    و كل حقيقة و كل شعور
    أن أتجاهل القلب فأصير
    رمادا خفيفا تذريه الريح

    أن أحلم بشعر أفكاره سامقة
    و نقي كمثل إيقاع صلاة!
    أن أتجاهل القلب فأصير
    غبارا أو لا شيء أو حلما لحظة يدوم

    جوفاء أبياتي، خرقاء و جلفة:
    ضائعة قوافيها، مبعثرة أناشيدها
    أخدع بها الآخرين و أكذب!

    من في وسعه أن يجد بيت الشعر الصافي
    البيت الأنوف و القوي، الغريب و القاسي
    الذي يعبر، عند البكاء، عن هذا الذي أحس به؟

    * من كتاب سيجيء الموت و ستكون له عيناك ، جمانة حداد، دار النهار





    Florbela Espanca.jpg

    Florbela Espanca.jpg
  1. تساعدنا ملفات تعريف الارتباط على تحسين خدماتنا. بمواصلة تصفح الموقع، فإنك توافق على ‏استخدامنا لهذه الملفات..